logo afn

ForêtNeuchâtel

Cours bois de lutherie résumé

L’épicéa de lutherie a été présenté durant la première partie du cours. Il s’agit d’une espèce d’arbre pouvant atteindre 55 m de haut, 1.50 m de diamètre et un âge maximal de 500 ans. En Suisse, on trouve les épicéas, picea abies, principalement dans la chaîne du Jura, les Préalpes et les Grisons. En Europe, les principaux sites de production du bois de lutherie sont bien connus :
Le Piémont, la Gruyère et le Pays d’Enhaut, l’Oberland bernois, le Jura CH/F, les Vosges, la Forêt Noire, la Bavière, le Tyrol autrichien, l’Engadine, le Trentin oriental et occidental, le Muotathal et Appenzell.
Les massifs forestiers les plus propices à la production du bois de lutherie sont les forêts du Paneveggio au val di Fiemme et les forêts du Risoud dans le Jura vaudois.

Les critères de sélections des arbres en forêts sont relativement simples :

Avant l’abattage :
• Tronc sans défaut (blessures, déformation, etc.)
• Tronc droit fil et le plus cylindrique possible
• Tronc de 50 à 60 cm de diamètre à 1.30 m du sol
• Tronc sans nœud visible et sans branche sur au moins 7 m.

Après l’abattage :
• Croissance régulière des cernes
• Cernes de 1 à 2.5 mm/an
• Bois final (partie foncée du cerne) ne dépassant pas 20% du cerne complet (idéalement 10%)
• Bois le plus léger possible (densité)

Les arbres sélectionnés sont débités en billes, puis ces billes sont triées. Elles sont ensuite débitées en sections puis fendues. Les quartiers sont ensuite séchés à l’air libre sous couvert dans un entrepôt bien aéré. Les planchettes sont ensuite sélectionnées et triées en fonction de leur qualité. Les critères de qualité sont la régularité des cernes et leur espacement (autour de 1mm pour les meilleures qualités et 2.5 mm pour la qualité standard).

Parfois des critères subjectifs ou farfelus sont utilisés. Les critères à éviter sont :
• Observer l’aspect général d’un arbre, son port, sa couleur et la structure de son écorce
• Observer le port ou la position des branches
• Observer le type de sol
• Tester la qualité du son en frappant le bois avec un marteau en bois
• Observer le bois sous l’écorce en pratiquant une fenêtre au pied de l’arbre

Du matériel a été présenté, de la bille brute à la planche préparée pour le luthier. Un violon a également été présenté aux participants.

La seconde partie décrivait les aspects historiques du bois de lutherie. Les participants ont pu apprendre comment les luthiers de Paris ou Milan s’approvisionnaient en bois au XVIIIe siècle. Des analyses dendrochronologiques ont permis de déterminer que des instruments de cette époque avaient été conçus avec du bois en provenance de la Gruyère. L’explication est relativement simple. Les fromages de Gruyère étaient acheminés à cette époque dans des tonneaux en bois vers les grandes villes européennes. Les luthiers, sur place, récupéraient ces tonneaux et sélectionnaient les bois de la meilleure qualité pour construire des instruments. Les boisseliers gruyériens utilisaient donc des épicéas d’excellente qualité pour fabriquer leurs tonneaux.

En résumé, les bois de lutherie doivent donc être sélectionnés une fois coupés. Il est impossible de les déterminer sur pied.