logo afn

ForêtNeuchâtel

Tempêtes / Marché du bois

Comme vous l’avez constaté, l’année 2018 commence de manière très agitée. Les tempêtes se succèdent et secouent les forêts. Au niveau suisse, les récoltes totales annuelles se montent à 5 millions de m3. D’après les estimations, le volume de bois couché par les récentes tempêtes s’élève à 1.3 million de m3, soit environ un quart de la récolte annuelle. Les cantons les plus touchés sont dans l’ordre : BE, ZH, AG, SO et LU. À titre de comparaison, en 1999, l’ouragan Lothar avait causé dix fois plus de dommages en forêt.

A l’étranger, la région du Bade-Wurtemberg estime à 500’000 m3 le volume de chablis. La France voisine a été moins touchée Pour les départements du Doubs et du Jura, les estimations se montent à 50'000 m3.
Dans le canton de Neuchâtel, la situation n’est pas dramatique. Une première estimation permet d’évaluer grossièrement à 18'000 sylves le volume couché dans le canton. Aussi bien des arbres isolés que des secteurs de petite et de moyenne tailles ont été touchés. Ce volume correspond à environ 10% de la possibilité annuelle. Dans nos régions, les coupes seront réduites de manière à respecter les possibilités.

Aux niveaux suisse et européen, la situation conjoncturelle et la filière bois se portent heureusement mieux. Les scieries devraient pouvoir absorber les chablis sans trop de problèmes. En effet, actuellement en Suisse, la conjoncture dans le secteur de la construction est toujours bonne. L’activité des scieries est plutôt élevée grâce à une bonne demande intérieure. La demande en résineux (sa, ép, me et dg) est bonne avec des prix renforcés par rapport à l’an passé.
En France, la situation s’améliore enfin. La construction bois française sort peu à peu de la crise.  L’activité dans le secteur du bâtiment est bonne. La demande pour des grumes résineuses de la part des scieries proches de la frontière est élevée.
Le marché du bois et les prix ne devraient donc pas être impactés de manière significative. En effet, une délégation de la commission suisse du marché du bois (dont ForêtNeuchâtel fait partie) a rencontré récemment les représentants des scieurs. Le maintien des prix de l’automne 2017 a été convenu.

Dans ce contexte, les recommandations sont les suivantes :
Malgré les tempêtes, il ne faut pas accepter de baisse des prix pour les bois issus des coupes normales. Les prix des bois résineux et feuillus se négocient actuellement, en fonction des qualités, dans les fourchettes inscrites dans les recommandations de prix pour la saison 2017-2018.
• Avant toute exploitation de chablis, il faut considérer les risques potentiels sanitaires, sécuritaires et de stabilité des peuplements avant de décider si ladite exploitation est indispensable.
• Si l’arbre tombé ne présente aucun de ces risques, il peut être adéquat de le laisser sur place suivant les circonstances, le coût de l’intervention et les revenus potentiels de la vente des produits, le cas échéant en s’assurant de la stabilité à long terme de la tige tombée.
• Les bostryches se reproduisent particulièrement rapidement sur les chablis d’épicéa ; ces effets ne seront cependant visibles qu’au printemps. Le cas échéant, des mesures devront être prises en conséquence.

Pour les feuillus, la situation est contrastée et sans grands changements. Les chênes obtiennent toujours d’excellents prix. La demande pour les grumes de hêtre est soutenue mais les prix sont toujours bas.