logo afn

ForêtNeuchâtel

Marché du bois

Marché du bois

Novembre 2020

Situation conjoncturelle, taux de change

Avec la pandémie de Coronavirus, le baromètre conjoncturel est plutôt sombre. Certains secteurs de l’économie comme l’évènementiel ou le tourisme d’affaires sont très touchés, alors que d’autres secteurs se portent à merveille (ventes en ligne, secteur financier). La branche de la construction semble, quant à elle, tirer son épingle du jeu.

Le marché et la construction bois résistent tant bien que mal. Mais un seul paramètre fait l’unanimité envers les partenaires contactés (acheteurs de bois, scieurs etc.), c’est le manque de visibilité face aux incertitudes liées à la situation sanitaire pour les semaines et les mois à venir.

D’après plusieurs sources, les prix des sciages aux USA ont plus que doublé cette année en raison d’une forte activité domestique déployée par les particuliers. Cette situation crée un appel d’air permettant à plusieurs fournisseurs de bois européens d’exporter vers les Etats-Unis, désengorgeant ainsi le marché du bois de ce côté-ci de l’Atlantique.

Le cours du franc suisse par rapport à l’Euro fluctue aux alentours de CHF 1.07 pour un Euro. Après avoir atteint CHF 1.05 en avril, ce taux est quelque peu remonté, mais reste inférieur à octobre 2019 (CHF 1.08). Ce taux très bas exerce une incidence négative sur les exportations de bois rond.

Recommandations de prix

Il faut relever que depuis l’automne dernier, la Commission suisse du marché du bois était dans le viseur de la Commission de la concurrence (COMCO). La COMCO a en effet déclaré que les rencontres entre la branche forestière et l’industrie du bois afin d’établir des recommandations de prix étaient désormais proscrites (risques d’arrangements, cartels). Après avoir, en vain, tenté de s’adapter à la législation, ForêtSuisse et Industrie du bois suisse ont décidé de dissoudre la commission suisse du marché du bois.
ForêtSuisse a par la suite vivement recommandé à ses membres (associations cantonales) de renoncer à toutes publications de prix et de quantités.

Par conséquent, depuis cette année, ForêtNeuchâtel n’éditera plus de recommandations de prix.

Situation sur le marché résineux

2020 est une année compliquée sur tous les plans, également pour la forêt. Le 9 février, la tempête Ciara et ses rafales à plus de 150 km/h balaye la Suisse, créant son lot de chablis. Un mois d’août très chaud et sec a permis aux bostryches de proliférer dans le canton à un niveau jamais atteint depuis 2003, inondant ainsi le marché du bois. Notons que passablement de bois bostrychés sont laissés sur pied en forêt.

Ces événements, liés à la crise sanitaire et ses incertitudes, ont créé une situation catastrophique au niveau des prix des bois octroyés aux propriétaires. Par conséquent, cet automne, les coupes de bois frais ont commencé très timidement.

Toutefois, l’activité tant des scieries suisses que françaises est actuellement soutenue. Les volumes de bois bostrychés diminuent et les scieurs sont à la recherche de bois frais. Cette tendance amorcée à la fin de l’été devrait se poursuivre durant l’hiver, ce qui est réjouissant. Il est important de subvenir au besoin des acheteurs habituels.

Par contre, au niveau des prix, pas d’enjouement, les premières ventes indiquent une stabilité des cours par rapport à l’hiver dernier.

Situation sur le marché feuillu

Cet été, de nombreux hêtres ont souffert d’un stress hydrique marqué (sécheresse) rendant certains secteurs fréquentés dangereux. Passablement d’arbres dépérissants le long des chemins ont dû être abattus.

Relevons que le marché des sciages feuillus à l’export a complétement été arrêté au premier semestre 2020. Depuis fin août, la situation s’est améliorée pour les ventes au niveau des volumes.
Quant à l’offre de grumes feuillues, elle a en général sensiblement diminué en Europe (mis à part les frênes qui sont malades et coupés de manière plus intensive en France qu’en Suisse).

Au niveau des prix du hêtre, la tendance va vers une légère hausse pour les assortiments de qualité bien préparés.

Pour le chêne, la demande reste très forte, les prix très intéressants pratiqués ces derniers mois vont se maintenir.

Pour le frêne, un statu quo au niveau des prix est à prévoir.

Pour l’érable, la situation n’évolue guère. Comme pour les essences évoquées ci-dessus, les plus belles billes sont destinées à la vente de bois précieux de Colombier.